Le bruissement des feuilles

Le livre présenté par Elisabeth, Le Bruissement des feuilles de Karen Viggers traduit de l’anglais ( Australie) par Aude Carlier, paru le 11 avril 2019 aux éditions Les Escales

Résumé :
Miki, dix-sept ans, vit coupée du monde depuis l’incendie qui a coûté la vie à ses parents.

Sous le joug de son frère Kurt, un chrétien fondamentaliste, elle travaille comme serveuse dans leur restaurant et le soir, se rêve en héroïne de romans.

Lors d’une escapade secrète en forêt, elle fait la rencontre de Leon, un garde forestier tout juste installé en Tasmanie. Les deux jeunes gens se donnent alors une mission extraordinaire : sauver les diables de Tasmanie de l’extinction.

Au cœur de paysages somptueux, le combat inoubliable d’une jeune fille pour protéger la nature et se sauver elle-même.

Karen Viggers revient avec un grand roman, véritable hommage aux beautés naturelles de l’Australie, et nous livre une formidable histoire d’amitié et de solidarité.

Son avis :
Si j’ai bien retrouvé d’emblée l’amour de la nature et de la faune de cette partie du monde (la Tasmanie) chères à l’auteur, j’ai mis du temps à entrer dans le roman en raison au début d’une stagnation des événements et une certaine absence de densité des personnages.

Pourtant en persévérant, la récompense est au bout du chemin; outre les diables de Tasmanie, les aigles, wallabies, eucalyptus, sassafras qui font partie de la forêt libératrice et grandiose qui sert de cadre au roman, le contour des personnages se précise progressivement tantôt attachants, tantôt odieux et les événements s’enchaînent de plus en plus vite jusqu’au dénouement.

Sont abordés des thèmes actuels qui résonnent : violences conjugales, harcèlement à l’école, relations de domination intra-familiales, difficultés d’intégration d’un nouveau venu dans le village, affrontement des traditions et des exigences écologiques, mais aussi amitié, entraide, amour des animaux, et ce qui me semble central, la recherche de la liberté, le tout joliment écrit.
Sa note : 3,5/5

Le début du roman

felis mi, felis id, id et, dolor ut porta. efficitur. ut dapibus
50% de complétion

Suivez-nous…

Pour rester informé de nos activités, inscrivez-vous sur notre lettre d'information