Une gourmandise

Le livre présenté par Elisabeth, « Une gourmandise » de Muriel Barbery paru le 25août 2000 aux éditions Gallimard.
145 pages

Résumé :
C’est le plus grand critique culinaire du monde, le Pape de la gastronomie, le Messie des agapes somptueuses.

Demain, il va mourir. Il le sait et il n’en a cure : aux portes de la mort, il est en quête d’une saveur qui lui trotte dans le coeur, une saveur d’enfance ou d’adolescence, un mets original et merveilleux dont il pressent qu’il vaut bien plus que tous ses festins de gourmet accompli.

Alors il se souvient. Silencieusement, parfois frénétiquement, il vogue au gré des méandres de sa mémoire gustative, il plonge dans les cocottes de son enfance, il en arpente les plages et les potagers, entre campagne et parfums, odeurs et saveurs, fragrances, fumets, gibiers, viandes, poissons et premiers alcools… Il se souvient – et il ne trouve pas. Pas encore.

Son avis :
Une gourmandise en effet dont le début est terrible mais simple : un critique culinaire célèbre découvre que sa maladie de cœur lui laisse 48 h de survie. Que va t’il en faire ?

Après l’évocation rapide de sa femme et de ses trois enfants qu’il n’aime ni ne respecte, de sa chambre il part à la recherche d’un goût qui lui paraît essentiel à la veille de sa mort.

Sont évoqués les plats du terroir de sa grand-mère, certaines merveilles dégustées chez les chefs étoilés, un sorbet à l’orange, la dégustation d’une tomate,sans qu’il parvienne à retrouver LE goût en question.

Il faudra attendre le dernier chapitre pour le découvrir avec surprise.

La psychologie des personnages est à peine effleurée : le personnage principal est odieux, sa femme qui adore son mari transparente, ses enfants tout autant.

Le plus admirable est le style très charnel de Muriel Barbery : chaque page est d’une précise sensualité et d’une richesse d’évocation hors du commun. Un très bon moment !

Sa note : 4,5/5

Le début du livre 

Partager c'est aimer !