Les règles du jeu

Le livre présenté par Philippe, Les règles du jeu, D’ Amor Towles, paru le 29 février 2012 aux éditions Albin Michel.
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Nathalie Cunnington
512 pages

Résumé (4ème de couverture) :
New York 1938, fille d’immigrés, dactylo dans un cabinet juridique, Katey s’est juré de rejoindre le gotha de Manhattan. Quand Eve et elles rencontrent Tinker, un banquier séduisant, la vie flambe. Mais l’amour, toujours à contre-temps s’en mêle…

D’ambitions faussaires en vertige mélancolique, devenue patronne de presse, celle qui a compris « les règles du jeu » se souvient.

Son avis :
Le roman n’a pas véritablement d’intrigue. Le fil conducteur est l’histoire de Katey racontée par elle-même et concentrée sur deux années de sa vie pendant lesquelles, elle va faire l’apprentissage des règles du jeu pour gravir un à un, les échelons de la société New Yorkaise.

On est juste porté par les personnages, l’insouciante frivolité de ces jeunes New yorkais dans un monde pourtant à l’aube d’un conflit mondial et par l’ambiance de la ville : les bars, les soirées, les boites de jazz où tout le monde se côtoie avec aisance, sans préjugés.

Le style est simple, comporte de nombreux dialogues et l’auteur fait, à de nombreuses reprises, référence à de grands auteurs comme Henry James, Tolstoï, Dostoïevski, Steinbecket également Charles Dickens

En fait j’ai aimé l’attachant personnage de Katey comme j’ai aimé le Comte Alexandre Rostov dans « Un gentleman à Moscou ». Ils ont en commun la volonté de s’en sortir, de l’esprit, la fidélité en amitié et la capacité à conserver leurs valeurs et leur intégrité, en toutes circonstances.

Extraits :
La plupart des gens ont plus de besoins que de manques. Ce qui explique le genre de vie qu’ils mènent. Mais le monde est dirigé par ceux dont les manques dépassent les besoins.

« Comme lorsque vous entrez dans un hôtel d’une ville inconnue et que les vêtements et les allures des clients ressemblent tellement aux vôtres que vous êtes certain de tomber sur quelqu’un que vous n’avez pas envie de voir.

Extrait des règles de bienséance du jeune Georges Washington

• Règle 1 : Tout ce que l’on fait dans le monde doit être accompagné de signes de respect envers les personnes présentes
• Règle 110 : Efforce-toi de conserver dans ta poitrine cette petite étincelle de feu céleste qu’on nomme conscience.

Sa Note : 4/5

Le début du livre

Partager c'est aimer !