Le Métier de mourir

Le livre présenté par Jean-Philippe, Le Métier de mourir De Jean-René Van Der Plaetsen, paru le 26 août 2020 aux éditions Grasset Et Fasquelle
272 pages

Résumé :
Qui est ce soldat énigmatique qui se fait appeler Belleface ?

Et quel est le lourd et douloureux secret qu’il dissimule avec tant de précautions à ses hommes ?

Rescapé du camp de Treblinka, ancien légionnaire en Indochine, officier légendaire de l’armée israélienne, il commande un avant-poste dans le sud du Liban en 1985.

Sa mission : protéger la frontière nord d’Israël contre les attaques du Hezbollah avec l’aide de quelques miliciens libanais à la solde de l’État hébreu. L’arrivée d’un jeune Français ardent et idéaliste au sein de cette communauté d’hommes confinés en territoire hostile, assiégés par un ennemi insaisissable, perdus dans une sorte de désert des Tartares oriental, va être un révélateur.

Et faire apparaître le mystère si invraisemblable de la vie de Belleface, héros inconnu dont l’Histoire n’a pas retenu le nom.

Inspiré de la vie d’un personnage ayant réellement existé, Le Métier de mourir est un beau et grand roman métaphysique, marqué par un romantisme échevelé, où s’entremêlent, autour d’un individu hors du commun, des histoires d’hommes et d’amour, dans des paysages de commencement du monde, au rythme des balles qui sifflent et des Saintes Écritures.

Son avis :
Nous sommes à Ras-el-Bayada, dans un poste avancé de l’ALS Armée du Liban Sud à la frontière du Sud Liban et d’Israël.

Petite communauté sous la houlette du Colonel Belleface, surnommé Le Vieux, qui commande une poignée de chrétiens libanais à la solde de Tsahal qui gardent le poste moyennant finances, contre d’éventuelles attaques du Hezbollah.

Est venu s’adjoindre à ce groupe hétéroclite, Favrier, un jeune français engagé volontaire d’une vingtaine d’années. Qu’est-il venu chercher ici ? quelles sont ses motivations ?

Qui est réellement Belleface dont le nom a tout d’un pseudo ? Quelle est son histoire qu’il ne veut pas raconter, mais dont Favrier va découvrir progressivement de plus en plus d’éléments ? Ces deux -là vont progressivement apprendre à se découvrir, les seuls de ce groupe à avoir une vraie vocation de soldat qui les rapproche.

Belleface, l’ancien légionnaire français, voit en Favrier le fils qu’il aurait pu avoir dans les méandres d’une vie antérieure si riche en rebondissements pendant que Favrier s’attache à cette image de père que représente pour lui, Belleface.

Unité de lieu, unité de temps comme dans la tragédie antique, ces deux -là sauront-ils, pourront-ils se découvrir ?

Ce livre a obtenu le Prix Renaudot des lycéens et le prix des Cadets de Saint-Cyr.

Sa note : 4,5/5

Le début du livre

Partager c'est aimer !