La Reine Astrid

Le livre présenté par Yann, lors de l’apéritif virtuel du 2 novembre 2020, La Reine Astrid de Pascal Dayez-Burgeon, paru le 10 mars 1995 (1ère édition – Critérion), réédition le 31 octobre 2012 aux éditions Tempus.

Résumé :
Près de quatre vingt ans après sa mort (29 août 1935), le souvenir de la reine Astrid ne s’est pas estompé. En Belgique bien sûr, mais aussi en France, en Italie et dans la plupart des pays d’Europe, des places, des écoles, des hôpitaux ou même des hôtels entretiennent la mémoire de celle qui ne fut pourtant, dix huit mois durant, qu’une éphémère reine des Belges.

Au delà des facteurs psychologiques souvent mis en avant, la bonté, la douceur, la simplicité, de la jeune souveraine, l’auteur s’est particulièrement intéressé à son aura symbolique.

Au moment de son mariage, Astrid incarnait pour la Belgique le retour à la paix, à l’unité et à la prospérité.

Son décès tragique corrobora au contraire la crise en annonçant le chaos de la guerre et la lutte fratricide à laquelle les Flamands et les Wallons ne devaient plus cesser de se livrer.

La reine Astrid fut pour la Belgique et pour l’Europe des années 30 ce que représenta John Kennedy pour les Etats-Unis des années 60 : le mythe du bonheur perdu. Par ces temps de crise, la nostalgie le rend d’une douloureuse actualité.

Son avis :
Une lecture plus légère, Pascal Dayez-Burgeon nous propose une biographie de la reine Astrid, cette princesse suédoise va devenir reine des Belges en 1934, elle est la première épouse du roi Léopold III, elle est la mère de deux rois, Baudouin et Albert II.

En 1935, un tragique accident de la route en Suisse va la faire rentrer dans la légende.

L’historien profite de la brève vie de cette reine pour nous plonge dans l’Histoire de la Belgique du XXème siècle.

Sa note : 3/5