Yaya Diomandé

Le livre présenté par Michel, Yaya Diomandé de Abobo Marley, paru le 16 septembre 2020 aux éditions Lattes.

Résumé :
Moussa est « balanceur » sur un gbaka à Abidjan, une fourgonnette qui chaque jour fait la liaison entre la commune d’Abobo et le centre commercial d’Adjamé.

Accroché à la portière, il sillonne la ville. Mais il ne voit presque rien de ce qui l’entoure. Ses rêves sont ailleurs. Il les porte depuis son enfance dans le quartier de Marley.

Moussa veut aller à Bengue, en Europe. Peu importe le prix à payer, il veut partir, et que sa réussite là-bas profite aux siens ici.

Il sera cireur de chaussures, apprenti mécanicien, chauffeur de taxi, soldat de la rébellion, chef de bande, avant de réunir assez d’argent et tenter l’aventure.

Pour quelle vie ?

Moussa nous raconte son monde avec la candeur de l’enfant, la révolte du jeune homme, l’assurance et l’aveuglement de l’homme qui ne renonce jamais.

Une énergie vitale contagieuse, une odyssée moderne renversante, la découverte d’une voix magnifique qui porte celle de la jeunesse africaine d’aujourd’hui.

Rfi Culture « Le jeune Ivoirien Yaya Diomandé est le premier lauréat du nouveau prix littéraire « Voix d’Afriques » coorganisé par RFI et les éditions JC Lattès.

Le jury présidé par l’écrivain Abdourahman A. Waberi l’a récompensé pour son roman Abobo Marley face à 372 autres manuscrits sélectionnés.

Il a bientôt 30 ans et il vit à Abidjan comme traducteur et blogueur. Grand lecteur et écrivain depuis longtemps, Yaya Diomandé a tenté sa chance en envoyant son manuscrit comme des milliers d’autres sur le continent africain. La chance lui a souri, son talent a été repéré.

Avec émotion, il se souvient quand il a appris la nouvelle : « J’étais chez moi pendant le confinement. Et j’ai reçu le mail le 4 avril 2020 qui me disait que j’étais le lauréat du concours. Et là… pfff… Vous ne pouvez pas imaginer. C’était une grande joie chez moi. Ma mère qui était au village, quand elle a appris cela, elle était tellement contente. Vous ne pouvez pas imaginer… C’était grand, en fait ! »

En France pour la première fois, Yaya Diomandé va rester pendant deux mois en résidence à la Cité internationale des arts. Son roman sort en librairie ce mercredi sous le titre Abobo Marley aux éditions JC Lattès, partenaire du prix avec RFI.

L’histoire de ce roman tourne autour d’un petit cireur de chaussures dans un quartier pauvre d’Abidjan qui rêve d’aller à Bengué, c’est-à-dire ailleurs, en Europe voir si les temps sont meilleurs.

Pour Yaya Diomandé, le rêve s’est réalisé avec ce prix « Voix d’Afriques ».

Sa note : 3,5/5

Pour en savoir plus

at eleifend libero. tempus neque. ultricies ante. non elit. id, nunc
50% de complétion

Suivez-nous…

Pour rester informé de nos activités, inscrivez-vous sur notre lettre d'information