Le voyant d’Etampes

Le livre présenté par Sophie, Le voyant d’Etampes d’Abel Quentin, paru le 18 août 2021 aux éditions L’observatoire
372 pages

Résumé :
Jean ROSCOFF est un universitaire (prof d’histoire), sans ambition, alcoolique et seul. Sa femme l’a quitté. Même si sa fille, Léonie, est présente, sa compagne, Jeanne, reste sévère à l’égard de son père qu’elle considère comme un raté.

Il est ancré dans les années 80, de la génération des « Coluche », il idéalise son militantisme au sein de SOS racisme.

Son premier livre, sorti en 1995, sur les époux ROSENBERG(véritable flop), donne le tempo de sa pauvre carrière littéraire.

Malgré tout, juste retraité, il reprend un vieux projet de 40 ans : la biographie d’un poète américain noir méconnu, Robert WILOW, venu en France pour fuir le maccarthysme des années 50. Alors qu’un petit éditeur le publie enfin, un blogueur (qui n’a pas lu l’ouvrage) réagit en lui reprochant de ne pas avoir assez insisté sur l’identité noire du poète, l’accusant « d’appropriation culturelle » (rajouter passage p.165), bref ! une accusation, en filigrane, de racisme !(Rajouter passage p.173).

A partir de là, il se produit un véritable déchainement médiatique contre lui par le biais des codes sociaux qu’il ne maîtrise absolument pas.

Ce roman signe un décalage complet entre ce soixante-huitard, victime de la cancel culture, et de la génération actuelle engluée dans de nouveaux concepts auxquels Jean Roscoff ne comprend plus rien.

A savoir, pour le lecteur, que le roman ménage des surprises jusqu’à la dernière page.

Son avis :
Pourquoi j’ai aimé ce livre :
Les mésaventures de Jean ROSCOFF, anti-héros, sont d’une drôlerie irrésistible. Ce vieil alcoolique romantique en décalage avec son époque est terriblement attachant.

L’auteur réussit à se moquer de nombreux thèmes contemporains : aberrations identitaires, féminisme intransigeant ou à l’université, le nouveau langage des jeunes avec leurs codes, sur l’embourgeoisement de la gauche…tout y passe. L’humour est le thème du roman et cible peut-être une génération qui l’a perdu.

Son style, son vocabulaire sont souvent comparés dans les critiques à un style balzacien.

Sa note : 4/5

Le début à lire

L’ AUTEUR

Abel QUENTIN n’est que le pseudonyme de Maître Albéric de GAYARDON, jeune avocat pénaliste de 35 ans aujourd’hui impliqué dans le procès du 13 novembre 2015 en tant qu’avocat d’un accusé.

Son premier roman « SŒUR », sur le thème d’une adolescente convertie à l’ISLAM, écrit en 2019, lui a valu une sélection au Goncourt et d’être finaliste au Concourt des lycéens. Il obtiendra le 1er prix de PREMIERE 2020.

« LE VOYANT d’ETAMPES », paru en septembre 2021, estson 2ème roman. Il s’est trouvé sur les premières listes du Goncourt et du Renaudot. Il a obtenu le prix de Flore 2021.

Partager c'est aimer !