Les roses fauves

Le livre présenté par Catherine R, Les roses fauves de Carole Martinez à l’apéritif du 7 septembre 2020

Date de parution : 20/08/2020
Editeur : Gallimard

Résumé :
Lola vit en Bretagne au-dessus du bureau de poste où elle travaille.

Elle est jolie, sage et boiteuse. Elle ne désire rien et se dit comblée par son jardin.

Dans son portefeuille, on ne trouve que des photos de son potager et, dans sa chambre, face au grand lit où elle s’interdit de rêver, trône une armoire de noces pleine des coeurs de ses ancêtres.

Dans la région d’Espagne où sont nées ses aïeules, quand une femme sent la mort venir, elle brode un coussin en forme de coeur qu’elle bourre de bouts de papier sur lesquels sont écrits ses secrets…

À sa mort, sa fille ainée en hérite avec l’interdiction absolue de l’ouvrir. Des coeurs de femmes battent dans la vieille armoire de Lola. Ils racontent une histoire qui a commencé en Andalousie, il y a plus d’un siècle. Lola se demande si elle est faite de cette histoire familiale qu’elle ignore, si le sang des fables coule de génération en génération, s’il l’irrigue de terreurs et de peines qui ne lui appartiennent pas, mais agitent ses profondeurs. Sommes-nous écrits par ceux qui nous ont précédés ?

Il faudrait ouvrir ces cœurs pour le savoir… Un jour, l’un des cœurs éclate, libérant les secrets de son aïeule Inès Dolorès, ainsi qu’un plus petit coeur rempli de graines, d’où naîtront des roses au parfum envoûtant qui envahiront le jardin.

Saura-t-elle se laisser porter par son désir, s’affranchir de la voix de son père qui lui a prédit un destin de solitude ?

Carole Martinez, formidable conteuse, habite ses récits comme personne. Elle libère ses personnages, morts et vivants, et nous embarque à leur suite dans un monde épineux et baroque où le merveilleux côtoie le réel et où poussent des roses fauves.

Son avis :
Un voyage bien particulier que nous propose Carole Martinez avec ses roses fauves où L’adjectif n’est pas là par hasard… mi fable mi réalité mais la réalité ne se cache-t-elle pas dans les fables ?

Nous y retrouvons la belle tradition des cœurs cousus recevant tous les secrets des aïeules… même si le chemin est sinueux on se laisse embarquer avec plaisir car l’écriture est toujours belle et la poésie au rendez-vous!

Sa note : 4,5/5

Le début du livre

luctus leo diam felis leo. elit. id
50% de complétion

Suivez-nous…

Pour rester informé de nos activités, inscrivez-vous sur notre lettre d'information