Mon maître et mon vainqueur

Le livre présenté par Nathalie, Mon maître et mon vainqueur de François-Henri Désérable paru le 18 août 2021 aux éditions Gallimard
192 pages

Résumé :
« Le cahier, c’était la première chose que m’avait montrée le juge, quand tout à l’heure j’étais entré dans son bureau. Sous la couverture souple et transparente, on pouvait lire au feutre noir : MON MAÎTRE ET MON VAINQUEUR.

Sur les pages suivantes, il y avait des poèmes.

Voilà ce qu’on avait retrouvé sur Vasco : le revolver, un cahier noirci d’une vingtaine de poèmes et, plus tard, après expertise balistique, des résidus de poudre sur ses mains.
Voilà ce qu’il en restait, j’ai pensé, de son histoire d’amour. »

Son avis :
La quatrième de couverture nous prédit un roman VIREVOLTANT et en effet il s’agit bien d’un récit alerte, vif et drôle, un interlude de lecture divertissant à l’image d’une comédie romantique bien ficelée.

Le titre « Mon maître et mon vainqueur « est un emprunt à un poème de Verlaine, justifié par le rôle que joue la poésie dans ce roman dont l’originalité de la narration est de naviguer de références poétiques en références littéraires, véritables moteurs de l’action et de son dénouement .

Sans Verlaine et Rimbaud, point d’histoire d’amour .La poésie est coupable du coup de foudre. A partir de ce constat, commence cette histoire d’amour singulière.

Dans le cabinet du juge d’instruction, on tente de résoudre l’affaire V.ASCOT à partir de deux pièces à conviction: un cahier noirci de poèmes et un révolver.

L’incipit nous l’a déjà annoncé cette histoire « allait trop loin » mais pourquoi et comment a-t-elle mal fini, nous le découvrons au cours de l’interrogatoire du témoin. Le narrateur-témoin sait tout et le lecteur comme le juge est suspendu à ses lèvres.

Quant aux personnages principaux, ils pourraient être ceux d’un vaudeville :

  • Un inculpé, Vincent Ascot « VASCO » pour les intimes, l’amant de Tina dont la qualité essentielle est d’être conservateur à La BNF, qualité qui confère le privilège d’avoir accès aux livres rares.
  • Sa maîtresse TINA comédienne passionnée par le drame Verlaine et Rimbaud et la poésie.
  • Le mari trompé, Edgar rassurant, matérialiste et prévisible.
  • Un juge peu ordinaire dont nous nous demandons parfois s’il n’est pas plus fasciné par la signification des poèmes et des haÏkus du cahier que par la résolution de l’affaire criminelle.

De Poésies en fantaisies, le récit nous emporte avec humour dans une histoire d’amour rocambolesque dont la moralité pourrait être que les amants épris de poésie égarés dans des passions amoureuses donnent de piètres assassins !

Sa note : 4/5

 

Partager c'est aimer !