L’école des soignantes

Couverture du livre "L'école des soignantes"
Le livre présenté par Sophie, “L’école des soignantes” de Martin Winckler paru le 7 juillet 2019 aux éditions P.o.l
512 pages

Résumé :
«Le Centre hospitalier holistique de Tourmens est un hôpital public. On y reçoit et on y soigne tout le monde, sans discrimination et avec bienveillance. Mais les préjugés envers son approche féministe et inclusive des soins et de l’enseignement sont tenaces.

Depuis sa création, en 2024, les hommes qui s’enrôlent à l’École des soignantes du CHHT n’ont jamais été nombreux : l’année où j’ai commencé ma formation, j’étais l’un des rares inscrits. J’espère que nous ne serons pas les derniers.

Je m’appelle Hannah Mitzvah. Aujourd’hui, 12 janvier 2039, je commence ma résidence. L’officiante de l’unité à laquelle je suis affecté se nomme Jean (“Djinn”) Atwood. C’est une figure légendaire de la santé des femmes.

Je me demande ce qu’elle fait chez les folles.»

Martin Winckler est un médecin qui a débuté sa carrière littéraire avec « la vacation » en 1989 mais c’est son 2ème ouvrage « la maladie de Sachs » en 1998 qui le dévoilera au grand public.

Médecin généraliste, officiant en même temps dans un centre de planification, jusqu’aux années 2000, il s’est intéressé particulièrement aux pathologies féminines et à leur prise en charge.

Dans ce roman, nous sommes en 2039, en France, dans le village de Tourmens, dans un établissement appelé CHHT ( centre hospitalier holistique de Tourmens ). Un petit groupe de soignantes a créé un autre modèle de soin où les femmes soignées seraient mises au centre des démarches de soins, bien que tous les genres soient acceptés et traités de la même façon, sans jugement et avec bienveillance.

L’idée de cette réforme est de « fusionner toutes les filières professionnelles, intégrer les soignées à la formation, introduire le langage inclusif et la féminisation des accords, le multiculturalisme, l’accompagnement éthique… »(page 86),

Un gros bouleversement où il faut accepter de démanteler la hiérarchie, de penser en équipe et surtout de se mettre au service des soignées.

Ce programme a été mis en place en 2024 et aujourd’hui en 2039 l’évaluation est en cours pour savoir si une telle expérience pourrait être généralisée.

Tout le long du livre , le lecteur pourra suivre les histoires des soignées mais aussi les parcours de vie des soignantes.

Son avis :
L’écriture est au féminin est une expérience de lecture un peu déroutante au début puis rapidement accoutumance à ce style.

Cette théorie de soins, aujourd’hui utopique, a eu le mérite de réintroduire l’humanité au sein d’une structure hospitalière, le respect de l’individu, de son identité et de ses choix.

Sa note : 4/5

Le début du livre 46 pages

Partager c'est aimer !