Le Sans Dieu

Le livre présenté par Cat, « Le Sans Dieu » de Virginie Caillé Bastide, paru le 24 août 2017 aux éditions Heloise D’ormesson.
336 pages

Résumé :
Hiver 1709, dans le sud de la Bretagne. Une vague de froid sans précédent s’abat sur le Royaume de France, déclenchant une famine effroyable.

Arzhur de Kerloguen, modeste hobereau breton, assiste impuissant à la mort du dernier de ses sept enfants. Sa femme perd la raison et lui, les ultimes fragments de sa foi.

Maudissant dieu, il décide de devenir plus cruel encore que le seigneur ne le fut avec lui.
Printemps 1715, au large des Caraïbes. L’Ombre, un farouche capitaine, fait régner la terreur dans ces mers du bout du monde qu’il écume sans relâche. Lors de l’attaque d’un galion espagnol, il épargne un prêtre jésuite et le fait prisonnier. Un affrontement s’engage alors entre les deux hommes sur l’épineuse question de l’existence de dieu.

Autour du père Anselme et de l’Ombre gravitent nombre de flibustiers : fuyards, déclassés, prostituées, gueux et autres gibiers de potence qui ont renoncé à tout pour vivre une dangereuse et impensable liberté. Le Sans Dieu, navire de l’Ombre, devient une scène de théâtre exiguë pour ces hommes qui ne se sont pas choisis, mais se retrouvent condamnés à vivre et à mourir ensemble, avec l’immensité de la mer pour seul horizon.

Un roman de pirates, où les tempêtes qui agitent les âmes semblent bien plus redoutables que celles qui déchirent les voiles.

Son avis :
Bouffée d’oxygène assurée avec ce roman de Virginie Caillé-Bastide.

De La Bretagne aux mers Caraïbes, pas un seul temps mort, la mer et la navigation nous embarquent…

Un voyage loin d’être de tout repos avec les pirates, leurs règles et surtout leur chef L’Ombre qui ne craint ni Dieu ni Diable…

Le récit commence par l’hiver 1709 qui voit une terrible famine s’abattre sur le royaume de France.

Nous sommes en Bretagne sur le domaine d’Arzhur de Kerloguen lorsque celui-ci, impuissant, assiste à la mort des hommes, des bêtes et ignominie suprême à celle de son dernier fils, le seul encore vivant…

Comment Dieu a-t-il pu laisser cela se faire ?

Dans ce récit flamboyant le tout est soutenu par une écriture dynamique avec des tournures particulières totalement en adéquation avec cette époque qui nous la rend particulièrement présente, dépaysement assuré !

À lire

Sa note : 4,5/5

Début du livre

Partager c'est aimer !